La Maison

 

Au cœur de Versailles, la bijouterie John Rê.

C’est d’abord l’histoire d’une reprise, celle de la bijouterie Destrez-Harenger, temple dédié à la culture du Beau faisant l’allégorie d’un des derniers métiers noble en perpétuel évolution, j’ai nommé la Joaillerie.

C’est le 19 juin 2013 que j’en fis l’acquisition, faisant suite à la famille Frénot, monsieur, madame et leur charmante fille Lucie, qui, eux-mêmes avaient succédé à la famille Houdot eux-mêmes successeur de la famille Eté et ce, jusqu’à remonter à la famille originel, créatrice de ce bastion bâti sur des valeurs traditionnelles, Destrez.

Chaque famille aura ainsi, à sa manière, contribué à la renommé du lieu en y apportant sa touche personnel. Faisant ainsi évoluer son statut initial d’orfèvrerie à celui de bijouterie puis d’horlogerie avant d’aboutir à un lieu multiservices qui, toute génération de gérance confondu, auront eu à cœur de mettre en avant une qualité d’écoute et d’accueil dont l’objectif principal aura été de répondre au différentes demandes formulé par les clients.

L’équipe actuel est composé de 4 personnes, mon Père, horloger de métier, ma Mère, vendeuse et responsable des achats, Lucas, vendeur et responsable du service liaison fournisseur, qui sera, votre interlocuteur privilégié pour toute commande ou demande spécifique allant en ce sens et enfin moi-même pour tout ce qui relèvera de la création, réparation, transformation.

Juste image Test

Issue d’une formation à « l’école de la rue du Louvre », j’y aurais passé 5 années. Après avoir obtenu ma place aux épreuves de sélection, que je passais avec succès, j’intégrais une classe de C.A.P 1ere année, promotion Piaget. C’est après deux ans de formation continue que j’obtiens le certificat d’aptitude professionnel « des arts du bijou et des joyaux ».

A la suite de ces deux années, je décide de me diriger vers le polissage, formation officiellement nommé « traitement de surface sur métaux précieux », dispensé par madame Colette Besnard, grande polisseuse pour la place de Paris, j’aurais même le privilège de poursuivre ma formation de polisseur au sein de son atelier jusqu’à l’obtention dudit diplôme, le temps d’une année.

Vient ensuite l’envie de pousser plus loin vers le brevet des métiers d’art que j’obtenais au terme de deux nouvelles années d’apprentissage. Je sous-traiterai, par la suite, dans différent atelier pour différente maison.

Aujourd’hui aux commandes de mon propre « Vaisseau », j’aspire à rapprocher la clientèle de l’atelier vers le service, dans son lieu de demande. Pour ce faire, je développe le parc machine au sein de l’atelier avec pour objectif de faire face au même demandes qu’un atelier en chambre et de nouveaux partenariats dans le domaine des pierres et collections de bijoux fini pour toujours tendre vers plus de qualité de services à destination de la clientèle.

Ce schéma de pensé résume à mon sens l’héritage de mes prédécesseurs, ce que fût la bijouterie Destrez-Harenger et ce que sera la bijouterie, joaillerie, John Rê…

« Du rêve sur mesure ».

John Rê